Orange donne un aperçu de l’internet sans neutralité du net

Comme il n’y a pas que le cinéma dans la vie, parlez de tout ce que vous voulez (... et même de cinéma !)

Modérateurs : Guido, Lully, Thorn, monsieur_vincent, Moa

Avatar de l’utilisateur
Thorn
Messages : 2050
Enregistré le : 28 Oct 2005 13:30
Localisation : Lyon

Orange donne un aperçu de l’internet sans neutralité du net

Messagepar Thorn » 30 Aoû 2010 09:36

Orange donne un aperçu de l’internet sans neutralité du net

26 août 2010 par Fabrice Epelboin

Image

Il aura fallu moins d’un mois après la prise de contrôle de Deezer par Orange pour que ce der­nier ver­rouille le mar­ché de la musique en Stream français. Pour cela, il lui a suf­fit d’enfreindre la neu­tra­lité du net.

Dans un email à l’attention des uti­li­sa­teurs de Wormee, Orange annonce le rem­pla­ce­ment de ce der­nier par Deezer. Rien de sur­pre­nant, Wormee n’avait jamais ren­con­tré de suc­cès auprès du public.

Le plus sur­pre­nant est l’annonce par l’opérateur inter­net de nou­veaux for­faits inté­grant un abon­ne­ment pre­mium Deezer.

Image

Pour les for­faits ADSL, et pour les nou­veau abon­nés (qui se font de plus en plus rare chez Orange), l’abonnement pre­mium Deezer est pro­posé pour un sur­plus de 5€ par mois, soit deux fois moins que les offres concur­rentes comme Spotify. Une poli­tique de prix agres­sive, mais à moins qu’il s’agisse d’une vente à perte – quelque chose de très dif­fi­cile à véri­fier – il n’y a là rien à redire.

Pour les for­faits mobiles, c’est une autre histoire.

Les for­faits mobiles de Orange, comme tous les for­faits mobiles dis­po­nibles en France, ne pro­posent pas inter­net en illi­mité. En pra­tique, au delà d’une cer­taine quan­tité de don­nées télé­char­gées, vous n’aurez accès au web que sous une forme très dégra­dée. Inutile d’esperer pou­voir écou­ter de la musique en Stream avec un mobile… Sauf avec Deezer, qui suite à son inté­gra­tion à Orange, se voit attri­buer des condi­tions spécifiques.

Deezer sera donc ‘hors for­fait’, et réel­le­ment illi­mité, sur les for­mules pre­mium com­mer­cia­li­sées dès la ren­trée par Orange.

Image

Au final, on n’est pas loin d’un début de pri­va­ti­sa­tion de la licence glo­bale, et comme on a intro­duit un acteur en plus dans la chaîne – les four­nis­seurs d’accès – les grands per­dants seront les artistes, à coup sûr. On com­prend mieux pourquoi l’ex ministre de la Culture, Christine Albanel, désor­mais à la tête de plu­sieurs dépar­te­ments ‘enter­tain­ment’ chez Orange, s’était vigou­reu­se­ment oppo­sée à la licence glo­bale. Cela aurait en effet repré­senté un énorme manque à gagner pour Orange.


Conséquences

Il est désor­mais impos­sible pour la moindre star­tup de s’aventurer sur le ter­rain de la musique en Stream. Avec un tel avan­tage, Orange crée une bar­rière à l’entrée qu’aucune star­tup ne pourra fran­chir. Qui pour­rait être en mesure de pro­po­ser ainsi de pas­ser outre les limi­ta­tions impo­sées par les opé­ra­teurs inter­net sur leurs propres réseaux ?

En pra­tique, seul SFR peut répliquer à une telle offre, non seule­ment parce qu’il pos­sède lui aussi un réseau, mais parce que sa mai­son mère, Vivendi, pos­sède un solide cata­logue en matière de musique.

L’offre de SFR pour­rait même aller plus loin, en met­tant sys­té­ma­tique­ment en avant les artistes mai­son, fai­sant de Vivendi Universal un pas­sage obligé pour les artistes sou­hai­tant accé­der à toute une par­tie du public.

Le mar­ché de la musique est désor­mais exclu­si­ve­ment dans les mains des FAI… et d’Apple.

Image


Paroles, paroles, paroles…

Voilà, c’est fait. La neu­tra­lité du net, qui n’a jamais vrai­ment été appliquée sur le mobile, pro­duit ses pre­miers effets. Quelque soit les résul­tats d’une éven­tuelle négo­cia­tion abou­tis­sant sur une ges­tion col­lec­tive des droits, pro­mise par NKM, le mar­ché de la musique est désor­mais ver­rouillé par les four­nis­seurs d’accès internet.

Il ne reste que l’offre ‘pirate’ pour mettre en avant des inno­va­tions, car une chose est sûre, c’en est fini de toute forme d’innovation – autre que mar­ke­ting – du coté de l’offre légale.

Peut-on dès à pré­sent consi­dé­rer que les dis­cus­sions à venir en sep­tembre au par­le­ment au sujet de la neu­tra­lité du net ne sont qu’une mascarade ?

Image


Orange a-t-il déjà écrit le texte de loi ?

Une société comme Orange aurait-elle pris le risque d’entamer depuis près d’un an une vaste cam­pagne de publi­cité (il y a inter­net et inter­net par Orange) sans s’assurer aupa­ra­vant d’une issue favo­rable à son égard de la future loi ?

L’annonce d’un for­fait vio­lant ouver­te­ment la neu­tra­lité du net et ver­rouillant de facto l’innovation d’un sec­teur tout entier est soit un affront fait à la repré­sen­ta­tion natio­nale, lui signi­fiant de façon mépri­sante son impuis­sance face à la puis­sance de ses lob­bies, soit le signe que tout est déjà écrit, et que les dépu­tés qui seront en charge de la loi n’ont, au final, pas leur mot à dire.


Après la musique, quoi d’autre ?

Si une telle insulte faite par une entre­prise pri­vée à la repré­sen­ta­tion natio­nale passe sans encombres, il y a fort à parier que le monde que les opé­ra­teurs nous pré­parent demain sera lui aussi tota­le­ment verrouillé.

Dailymotion, une autre star­tup sur laquelle pèse un fort soupçon de main­mise de l’Etat, devrait logique­ment subir le même sort, ou plu­tôt béné­fi­cier des mêmes privilèges.

Image

Des for­faits mobiles pas vrai­ment illi­mi­tés ‘sauf pour Dailymotion’ devraient suivre, lais­sant YouTube, Vimeo, et une mul­ti­tudes d’autres acteurs ainsi que l’ensemble des WebTV sur une voie de garage.

Suivra, dans un futur plus éloi­gné, l’internet des objets, dont une large par­tie devrait voir leur accès à inter­net se faire au moyen de l’internet mobile. Lui aussi sera ver­rouillé, et là encore, inutile d’espérer voir poindre la moindre inno­va­tion dans un ter­ri­toire sous le contrôle des four­nis­seurs d’accès.

Ce sont deux champs d’innovations majeures que l’on s’apprête à ainsi sacri­fier, car pour ce qui est d’être en mesure de faire de l’innovation, les four­nis­seurs d’accès ont depuis long­temps fait preuve de leur inca­pa­cité à faire quoi que ce soit. Orange a ainsi lancé des alter­na­tives à Flickr et Netvibes dont per­sonne n’a retenu ne serait-ce que le nom.


Si la neu­tra­lité du net venait à dis­pa­raître en France (y com­pris sur l’internet classique)

Mais ce ver­rouillage de l’innovation et de l’information sur le mobile n’est qu’une étape. La seconde, dont le sort devrait égale­ment être réglé à par­tir de sep­tembre à l’assemblée, est la pré­ser­va­tion (ou pas) de la neu­tra­lité du net sur l’internet classique.

Si la neu­tra­lité du net venait à y dis­pa­raître, nous aurions en peu de temps un scé­na­rio simi­laire avec les abon­ne­ments ADSL et cable.

Augmentation ful­gu­rante des for­faits réel­le­ment illi­mi­tés, et appa­ri­tion en lieu et place de for­faits limi­tés en terme de quan­tité de don­nées télé­char­geable, dis­po­sant d’une mul­ti­tude d’exceptions ‘hors for­fait’. Deezer, Dailymotion, dans un pre­mier temps, puis tôt ou tard, un grou­pe­ment de source d’information ‘agréées’.

A terme, un contrôle quasi absolu sur l’internet et l’information.


(images réa­li­sées à par­tir de pho­tos CC-by de zigazou76 et de jjjohn)


Source :
http://fr.readwriteweb.com/

Article original :
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/26/a ... it-du-net/

Retourner vers « Café Court non sucré »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités