SALON ANTIQUITE

Comme il n’y a pas que le cinéma dans la vie, parlez de tout ce que vous voulez (... et même de cinéma !)

Modérateurs : Guido, Lully, Thorn, monsieur_vincent, Moa

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

SALON ANTIQUITE

Messagepar georgique » 02 Juil 2007 11:14

Puisque géorgique vient de georgikos et se rapporte à celui qui cultive les champs, comme ceux de la terre ou ceux du cinéma.
J'ouvre un salon sur l'antiquité pour cultiver les champs du possible antique et des possibles antiques.
Il pourra parler de la vie d'autrefois, comme poser un regard sur les dérivations et contre sens que de nos jours (ou peu de sciècles avant) on utilise envers certains termes vis à vis de leurs éthymologies.

Pour présenter ces trois volets, voici trois simples questions pour commencer:

Sur quoi écrivait-on des courriers en Grèce antique?

Que signifie le terme de Dieu?

Que signifie le mot "Nike"?

Avis aux réponses et poser les votres!

-----------------------------------------------
tout ce que je sais, je ne le connais pas.

Moa
Messages : 1055
Enregistré le : 02 Nov 2005 18:29
Localisation : Bourgoin-Jallieu
Contact :

Messagepar Moa » 02 Juil 2007 22:05

Dieu est une racine indo-européenne dei-wo ( lumineux, lueur, briller) ce qui à donner le latin deus et le grec dios.

Je n'avais jamais fait le rapprochement avec la célèbre marque de chaussure et l'antiquité mais je ne crois pas me tromper en disant qu'il y a un rapport avec la déesse de la victoire : Nikée.

Pour le courrier, je sèche complètement : Des papyrus (technique prise aux égyptiens), peau de bête séché, gravé dans la pierre ?

Que comptes-tu faire de ce salon. Un quizz ? Que l'on puisse poser des questions dont on ne connait pas les réponses ? Une discussion. Quoi qu'il en soit cela m'intéresse. :wink:

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 03 Juil 2007 08:37

bonjour à toi,

merci de tes réponses.
En ce que concerne le terme de Dieu: en effet on peut le rapprocher du sens du lumen car pendant longtemps le soleil Râ fut telle une essence de divin. Le mot dieu se retrouve dans la déclinaison de Zeus, déclinaison quelque peu modifiée par la suite par les romains avec la déclinaison de Jupiter. Dios avec une majuscule est le génétif de Zeus. Mais avec une miniscule et un accent "dîos", il spécifie le divin. Tous les termes commencant par "di "se rapporte à un passage, un à travers; un arrêt, tout comme au chiffre deux. Ce sont les circonvolutions du "delta". Mais terme de divin est à ne pas confondre avec théos qui puise le sens de divinité à travers l'invisible que l'on perçoit de la nature pour en rendre un rapport visiblement. Les lettres grecques en leurs formes se rapportent à différentes choses naturelles avec courbes sous une alliance au divin telles toutes ses courbes et retours et détours parfois cycliques que l'on drainent dans la vie. Les langues celtiques ont puiser le divin à travers les traces visibles et invisibles que laissent chaque animal, végétal, minéral pendant les activités ou après. En France nous avons pris ce nom de Dieu pour tous ces sens de l'invisible-ce que l'on ne peut connaître- à travers le visible, tout comme la lumière qui naît peut-être grâce à la poussière.

en ce qui concerne le terme de "Nike": oui c'est juste il désigne la victoire. Si l'on se référe au logo de la marque, on y verra un léger V. Dès lors aussi, écrit "nike", on peut désormais savoir ce qu'écrivent certains sur les murs.

en ce qui concerne le support des courriers: tu y es presque vers la fin. Il s'agissait de morceaux de cruches brisées, ou bien de tous supports semblables. De la récupération en somme!

Ce salon est ouvert à tout ce qui peut apporter à mieux connaître notre présent ou à pouvoir le bonifier à travers l'antiquité. Cela peut- être sous forme de quizz en jouant au salon, tout comme sous forme de discussion sur un sujet ou chacun apporterait soit ses pensées, soit des références en petit digestif, soit un travail de cuisine de recherches sur les mots, les plantes ou tout sujet, voire un travail scientifique d'idée. Mais il peut concerner toutes questions ouvertes aux autres dont on recherche une réponse que l'on a pas trouvé.
Il a été ouvert sur le grec et latin, mais il peut l'être sur d'autres langues anciennes.
Un petit salon qui peut nous servir peut-être pour le cinéma.

J'espère avoir répondu à ta question.
En te remerciant pour ton intérêt.
As-tu une question quizz? Ou bien un trésor de chercheur à présenter?

____________________
tout ce que je sais, je ne le connais pas.

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 03 Juil 2007 09:44

"tout ce que je sais je ne le connais pas"
Platon

" vouloir offrir ses maigres savoirs à l'autre et écouter les siens plus grands que les notres"
Rav Nahman de Breslev


la connaissance de la vie:

"on ne peut savoir juste qu'un millionième de l'ensemble du peu que l'on ne sauras pas. A chacune de nos erreurs de la journée, on s'approche de ce millionième. Il faut s'en réjouir."
Rav Nahman de Breslev


_________________
tout ce que je sais je ne le connais pas, mais recherche à le savoir en cherchant à le connaître encore et toujours

LAMAURICE
Messages : 1
Enregistré le : 08 Juil 2007 17:10
Localisation : lyon

ANTIQUITE

Messagepar LAMAURICE » 08 Juil 2007 21:50

Anti-quitté, est-ce le contraire d'etre quitté ? Signé Lamaurice

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 09 Juil 2007 09:56

ton jeu sur le sens antiquité n'est pas une anthipathie, mais une belle antiphrase!

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 18 Juil 2007 11:17

bon jour,

puisqu'il n'y a pas de trop discussion sur l'antiquité, voici une petite question informatrice pour ceux qui feraient un tournage en pleine nature et n'auraient pas de trousse de secours au cas où il y aurait de petits maux.

Quel est le produit qui signifie "qui allie", qui est un baume utilisé depuis la Grèce antique et encore de nos jours trouvable à la phamarcie lyonnaise de Lyon, et qui outre la feuille de plantain qui est aussi utilisée pour les morçures de vipères, est un excellent réparateur de plaie, de cicatrice et antiseptique (outre l'ail des forêts) en vitesse express et qui porte le nom d'une plante?

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 19 Juil 2007 09:16

je vais donner la réponse, car elle peut être utile à quelqu'un en attendant. Il s'agit du baume de la grande consoude, fleur que l'on peut trouver dans les prés humides et près des cours d'eau. Elle est couverte de poils raides et piquants et ses larges feuilles se prolongent jusqu'au haut de la tige. Ses fleurs à corolles apparaissent entre mai et juillet. Elles peuvent varier du blanc au jaune et du rose au violet.
On fait des cataplasmes de ses feuilles.


Quelle est en musique, la note qui n'existait pas encore à l'antiquité, et qui était nommé vers le XVIème et XVIIème de note diabolique et qui a donné naissance au bémol?

Avatar de l’utilisateur
Thorn
Messages : 2050
Enregistré le : 28 Oct 2005 13:30
Localisation : Lyon

Messagepar Thorn » 19 Juil 2007 13:35

Tu nous apprends plein de trucs ! Pour ma part, je n'ai sais rien ! Mais j'attends avec impatience la réponse, histoire de faire "infuser" mais science auprès des filles ! :wink:

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 19 Juil 2007 16:04

tu souhaite faire infuser ta science auprès des filles! Et si je te dis que si. Ainsi tu as la réponse à ma question. C'est si, c'est le si! Dont tu pourras parler à celle-là ou a celle-ci...

et toi tu dois pouvoir nous apprendre des trucs, t'aurais pas une question ou bien une info?
Tu dois bien avoir des recettes de grand-mère, des trucs d'autrefois et qui pourraient servir le cinéma.

à plus...

Moa
Messages : 1055
Enregistré le : 02 Nov 2005 18:29
Localisation : Bourgoin-Jallieu
Contact :

Messagepar Moa » 24 Juil 2007 11:49

Je crois que c'est la note Si. Mais ne me demande pas pourquoi, je croyais ne pas avoir d'oreille musicale.

Si tu peux éclairer ma lanterne...

Merci :wink:

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 24 Juil 2007 12:37

oui, Moa, il s'agit du Si.

Guy d'arrezzo qui avait donné nom aux notes autres que les lettres mais avait omis le si, nommée toujours B; les notes longtemps nommées abcdefg soit la, si, ut, ré, mi, fa, sol. Les chanteurs avaient du mal à chanter le si, il sonnait dur et était nommé durum. On l'appelait aussi B carré B quadrum et la note était représentée par un petit B carré. La négligence des copistes rendi la forme comme on la connait à ce jour pour signifier le dièse. Puis lorsque l'on abaissait la note d'un demi-ton on présentait le si avec la forme utilisée pour signifier le bémol soit un petit B rond. Le symbol du bécarre vint aussi. C'est vers le XVIIIème siècle que l'on utilisa les doubles bémol et dièse.
Le si était souvent donc une note utilisée en note feinte au travers de quarte, en changement de demi-ton. Les chanteurs du moyen-âge avaient en aversion cette note dans la relation du triton, soit du fa contre si. Ils préféraient altérés la note Si que de vivre l'enfer du triton.


le peu que je sais, je ne le connais pas[/u]
Modifié en dernier par georgique le 20 Aoû 2007 12:00, modifié 1 fois.

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 20 Aoû 2007 11:58

une petite analyse de vacances estivales

dans le petit Robert on donne deux mots, pédophile et paidophile pour signifier ce que vous savez envers ceci.

Mais via le grec ancien, on peut voir soudre deux définitions.
Pour pédophile: celui qui contraint à aimer ou bien celui qui aime contraindre.
Pour paidophile: celui qui aime les enfants.




le ciel abrite, lorsqu'on le regarde, quelques profondeurs secrètes et abîmes.

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 03 Sep 2007 08:59

Dans le petit livret des régimes et diététique de l'antiquité au 19ème sciècle, réalisé en 2000 pour le mois du patrimoine écrit, on y apprend outre différentes façon de se soigner, l'utilisation de la neige à table ainsi que le régime alimentaire des gens de lettres, soit des intellectuels.

En ce qui concerne la neige ou la prise de la glace, elle intervient pendant le siècle d'Hippocrate, (peut-être même avant), durant l'empire romain et même au XVIIème siècle où le docteur Raymond Restaurant en 1670 publie une théorie "Hippocrate. De l'usage de boire à la glace pour la conservation de la santé". (livre observable à l'université de Lyon 1er)
La glace, ou neige se prenait dans le courant des repas avec de l'eau ou du vin, voire du bouillon d'orge, du miel additionné d'eau ou encore avec des fruits crus.
Elle était prescrite pour rétablir l'équilibre des humeurs dans le corps et prévenir certains maux, tels que l'excès de bile, les fièvres, la jaunisse, les convulsions, les paralysies, les apoplexies, les ulcères, la goutte, les sciatiques, les enflures, la maladie de la pierre affectant les reins ou la vessie, les douleurs néphrétiques et la peste.
Cependant, la glace pouvait causer des désordres intestinaux, des suffocations pulmonaires ainsi que la chutes de dents. (cause de l'alternance entre chaud et fraiod)


En ce qui concerne le régime des écrivains, scientifiques et qui pourrait nous concerner en tant que créateurs artistiques, soit des gens qui ont une grande application cérébrale, en 1769, le médecin Samuel Tissot qui officiat en Suisse à écrit un traité intitulé "de la santé des gens de lettres" (un exemplaire se trouve au musée de la médecine à lyon)
Tissot se réfère à Hippocrate et Galienen ce qui concerne les deux sources des maladies des travailleurs intellectuels: les travaux assidus de l'esprit et le repos continuel du corps.
En somme, il est dit que le travail intellectuel procure beaucoup de fatigue au corps et souvent les gens de lettres ne sont pas très gros. Grande consommation d'énergie. Tissot affirme aussi que "l'homme qui pense le plus, est celui qui digère le plus mal." Aussi préconise t-il ce type de régime alimentaire: éviter les aliment "glaireux, pâteux, visqueux" ainsi que les pieds d'animaux et les légumes secs; éviter les viandes séchées et salées dont Plutarque disait qu'elles ôtaient l'intelligence (mais Feuerbach dans son livre sur Kaspar Hauser faisait dire le médecin qui logeait cet homme, que toute viande ramolissait le cerveau de Kaspar) et éviter tout ce qui est acide. Préférer les viandes tendres et maigres, le poisson à l'eau, les céréales dans des soupes farineuses à l'eau ou au bouillon de viande; les légumes et la plupart des racines, les fruits, le chocolat, le pain, les oeufs et le lait prit à part des repas. (de plus, lors de grande fatigue à la fin du travail intellectuel, il préconise le laitage. (Essayé personnellement, ça revigore radicalement.))
Il propose de relever les plats avec du sel, sucre, aromates doux (canelle ou muscade) et d'herbes, mais il bannit la moutarde, le proivre et l'ail.

Quant aux boissons, il préconise l'eau de la fontaine. Le vin peut fortifier et aider aux travaux extraordinaires, mais il est nuisible prit quotidiennement. Tissot condamne pour les intellectuels les boissons chaudes, même le café (le café qu'au même siècle, d'autres préconisent essentiellement aux intellectuels car il permet la favorisation des idées.)

En somme, Samuel Tissot préconise la frugalité et cite des exemples d'hommes qui ont suivit ce principe, tel Isaac Newton.

Voilà, vous pouvez si vous le désirez suivre ce régime pour votre régime de vie et la santé de votre corps d'intellectuel. Et pour parfaire davantage le bien-être de votre esprit d'intellectuel, Iohannes Actuarius (médecin du XIIIème siècle à la cour de Constantinople) dont une traduction de ses écrits fut publiée en 1547 en "France", préconise qu'il faut tendre à restreindre l'acte vénérien, car le coït ôte toutes les bonnes vitamines et laisse les plus mauvaises essences de l'alimentation dans le corps et nuit ainsi à l'esprit.

A votre bonne santé!

georgique
Messages : 268
Enregistré le : 23 Juin 2007 16:09
Localisation : lyon pour le moment

Messagepar georgique » 11 Sep 2007 14:18

bonjour à tous,

petite info au passage: en Grèce antique, les enfants devaient apprendre durant deux années l'alphabet et syllabes avant d'écrire des mots. Aussi, afin d'apprendre à lire et à écrire, ils recopiaient soit des citations d'auteurs, soit des maximes (version humour grec. Ce qui ne devait pas être gratiné)

Je viens de lire dans la revue Virgule (pour les enfants), un mot ancien: procrastiner. Tu procrastines. Tu es un procrastinateur. En somme, tu remets toujours tout au lendemain.
L'objectif dans cette revue "virgule" ce mois-ci, est de s'engager à utiliser ce terme de procrastiner pendant deux mois, afin de le faire revivre.
Si ceci vous intéresse, à vous de l'employer. En plus, cela fait faire de l'exercice de diction. "Optimum" avant un tournage!

à plus


Retourner vers « Café Court non sucré »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités