Réflexions sur le cinéma français....

Partagez ici les dernières news du court-métrage.

Modérateurs : Guido, Lully, Moa

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 18 Oct 2008 12:28

Coppola/Murch : une seconde jeunesse

Joe Cellini

Après dix années loin des caméras, Francis Ford Coppola revient avec un type de film complètement différent et une approche radicalement nouvelle de la réalisation.(...)

(...)Coppola a également décidé de revenir à un cinéma personnel auto-financé, à petit budget, le type d'engagement qu'il avait brièvement connu avant que l'incroyable succès du Parrain ne bouleverse le cours de sa carrière. Il a donc repéré des lieux de tournage en Roumanie, a engagé une distribution et une équipe technique en grande partie roumaines, dont le jeune cinéaste Mihai Malaimare Jr., et a fait équiper pour la technique un van Dodge Sprinter de deux caméras numériques Sony 900S, d'objectifs et d'autres équipements nécessaires à la création d'un véritable studio roulant.(...)


http://www.apple.com/fr/pro/profiles/coppola_murch/

Alors effectivement, c'est un publi-reportage pour FinalCutPro d'Apple...
Mais c'est intéressant quand même :wink:

?... !

blag-gyver
Messages : 62
Enregistré le : 15 Aoû 2006 16:48
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar blag-gyver » 19 Oct 2008 14:58

Tiens c'est marrant, hier matin j'ai pris un verre avec Renaud Delourme (le président de Montparnasse Edition que cite l'article du Monde) et on parlait justement des ventes de DVD qui se cassent la gueule (sauf les leurs !).

Franchement, quand tu vois des DVD "basiques" à 25€ ça pousse pas à l'achat.
C'est pourtant un support artistique comme un autre, il faut qu'il y ait un véritable travail sur le fond et la forme.

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 28 Oct 2008 23:28

"La grande majorité des films français sont déficitaires"
Article du Monde (4 octobre 2008)

(...)Une étude, encore confidentielle, du Centre d'économie industrielle de l'Ecole des mines de Paris fait apparaître que l'immense majorité des films français ne sont pas rentables. Les auteurs ont passé au crible les 162 films français produits en 2005. Ils ont pris en compte leur exploitation pendant deux ans : salles, vidéo, chaînes de télévision cryptées et en clair, ventes à l'étranger. Seuls 15 longs métrages ont recouvré leurs dépenses de production et de distribution. Seuls 12 % des films étudiés sont rentables.

Cette étude, réalisée par Olivier Bomsel et Cécile Chamaret et financée par l'Agence nationale de la recherche, confirme celle de 1996, qui montrait que seuls 15 % des films gagnaient de l'argent. Un constat si navrant que les pouvoirs publics n'avaient plus renouvelé l'exercice (...)

Nicole Vulser



http://www.la-srf.fr/index.php?tpl=frameset&page=http%3A%2F%2Fwww.la-srf.fr%2Findex.php%3Ftpl%3Dactualites%26cat_code%3DACT%26doc_id%3D2317

Alors je vous conseille de vous rendre vite sur le site de la SRF (je viens de recevoir ça via leur newsletter) et en bas le l'article, vous pourrez accéder au PDF de l'étude...

Mais je ne sais pas combien de temps tout cela sera disponible :wink:


Ça fait 59 pages, et c'est passionnant (enfin... si le sujet vous intéresse... mais comme vous aviez déjà lu le "Rapport Ferran"... 8) )

?... !

Avatar de l’utilisateur
Thorn
Messages : 2050
Enregistré le : 28 Oct 2005 13:30
Localisation : Lyon

Messagepar Thorn » 29 Oct 2008 00:07

En effet, là ça me parle ! Vraiment très intéressant lorsque l'on souhaite développer, par exemple, de nouveaux modes de productions cinéma...

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 13 Nov 2008 21:38

Top départ pour les chaînes cinéma d'Orange
Juliette Bénabent - Télérama

(...)Annoncées depuis des mois, les chaînes cinéma d'Orange débarquent aujourd'hui pour les abonnés à la « Télé d'Orange » sur l'ADSL et le satellite.

Une offre, baptisée Orange Cinéma Séries, composée de cinq chaînes consacrées… au cinéma et aux séries.

Le grand écran transposé donc sur le petit – voire très petit, puisqu'Orange propose, sans rire, une « approche multi-écrans » pour « regarder les cinq chaînes en direct et les programmes à la demande sur quatre écrans différents (TV, PC, mobile, baladeurs vidéo) ».

Mais que va-t-on y trouver de si passionnant qu'il faille quatre écrans pour être sûr de ne rien rater ?(...)


http://television.telerama.fr/televisio ... tor=RSS-20

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 23 Nov 2008 22:34

Les théories racialistes gagnent la télévision française

lundi 17 novembre 2008, par Marie Bénilde
Les blogs du Diplo

Quand la représentation de la diversité sur les écrans de télévision se mesure en termes de « personnes vues comme non blanches », ne peut-on pas parler d’un retour explosif de la question raciale en France au nom d’une certaine bonne conscience télévisuelle ?

http://blog.mondediplo.net/2008-11-17-L ... television

C'est vraiment d'actualité après l'élection américaine...

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 30 Nov 2008 09:00

C comme culture, D comme déclin, E comme erreur ?

Il s'agit d'une interview de Donald Morrison Journaliste, auteur de "Que reste-t-il de la culture française ?" par Josyane Savigneau pour "Le Monde"

...Même si les critiques font ce que vous décrivez, la France assiste sa culture, et il est facile d'être célèbre en France avec des romans médiocres, nombrilistes, des films que personne ne voit sauf sur Canal+...


http://www.lemonde.fr/culture/article/2 ... 246_1.html

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 03 Déc 2008 17:04

Je vous le poste comme je l'ai reçu, c'est à dire que je n'ai pas encore les confirmations de tout ça...

Mais cela va probablement quand même se produire : la remise en question de l'intermittence des techniciens est depuis longtemps dans l'air...

Que dire, que faire ?

C'est un peu comme si les syndicats décidaient de la politique culturelle...

En tout cas ça sent l'économie de débat de fond. Merci qui ?

Intermittence en danger !

Les syndicats patronaux disent ça :
Les partenaires sociaux vont entamer, probablement en janvier, la renégociation du système d’assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle vivant et de l’audiovisuel. Nous savons que le projet consisterait à « favoriser » les passerelles entre les annexes 4 et 8, fragilisant le statut des techniciens, et limitant ainsi le périmètre et les indemnisations dans le cas des annexes 8 et 10

Et je reçois d'autres nouvelles :

CA RISQUE D’ETRE APPLICABLE AU 1ER JANVIER 2009 :

-SUPPRESSION DE L’ANNEXE 8 (annexe des techniciens, mais aussi les administrateurs, assistants, constructeurs, habilleuses, maquilleuses, etc…) TOUT LE MONDE EST CONCERNE

-DUREE D’INDEMNISATION = DUREE TRAVAILLEE

--------------------------------------------------------------------------------------------------

La tendance qui se profile en matière d’intermittence est claire :

- Fin de l’annexe 8, filière unique pour tout le monde ?
- Pour les artistes (annexe 10), on parle d’une caisse professionnelle ...

Gautier-Sauvagnac (MEDEF) en avait rêvé, Chérèque (CFDT) le propose : il s’agit d’instaurer une équivalence stricte entre durée d’affiliation et durée d’indemnisation : 6 mois travaillés avec cotisation donneraient droit à 6 mois d’allocation chômage...

Leur logique est encore et toujours de restreindre les droits. Ainsi pour les plus de 50 ans, il est tout simplement question de sabrer 1 an de droits, en dégringolant de 36 mois d’indemnités potentiels à 24 mois maximum.

Le calendrier des réunions de "négociation" à l’UNEDIC : 25 novembre, 9 décembre, 16 décembre ; ils veulent les boucler le 23 décembre pour l’ensemble du régime d’assurance-chômage puis régler le sort des intermittents du spectacle dans la foulée.

Par contre, les données sur les bénéficiaires de l’AFT (allocation de fonds transitoire) restent au frigo ; nul besoin de dons divinatoires pour savoir que par rapport aux 40 000 rattrapés par le fonds provisoire puis transitoire, la chute est considérable...

Rappelons que l’allocation transitoire s’arrête au 1er janvier 2009. Il n’y aura donc plus aucun filet de rattrapage !

Et pour beaucoup ce sera la condition de travailleurs pauvres, avec ou sans RSA. Du RSA à l’offre "raisonnable" d’emploi, on nous prépare de mauvais jours. Nous n’avons d’autre choix que de nous défendre. La coordination appelle intermittents, précaires, chômeurs et salariés en tous genres à la mobilisation :

Samedi 6 décembre : Manifestation unitaire pour les droits des chômeurs et précaires à Paris

RDV à 14h30, Place Stalingrad en direction de Place Clichy

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 04 Déc 2008 11:09

http://ouvalecinema.centrepompidou.fr/

Une manifestation qui réponds directement à la question de ce sujet !

Voici le programme, mais je vous conseille d'aller sur le site car il y a quelques vidéos à regarder et les descriptifs des différents débats sont bien faits !

Donc, si vous êtes sur Paris (encore :? ), n'hésitez pas !
(et allez manifester le 6 !)

Où va le cinéma ?

Cette question s’impose aujourd’hui comme cruciale, au-delà du cinéma même, pour tous ceux qui s’interrogent sur la situation de la culture.

Le Centre Pompidou est le lieu où les arts plastiques se confrontent au cinéma documentaire et au cinéma de fiction, mais aussi, et plus généralement, à tous les registres d’ « images en mouvement ». Sa pratique et sa mission font qu’il est à même de mesurer la porosité des frontières entre les genres, les difficultés que doit surmonter le cinéma d’auteur mais aussi la vitalité toujours renouvelée des expérimentations, les liens entre les classiques de la modernité et les innovations du 21e siècle. Le Centre Pompidou a bien vocation à participer à la réflexion sur l’avenir du cinéma et à enrichir le débat d’idées à partir de cette situation privilégiée.

Ces rencontres seront accompagnées d’entretiens filmés de Wang Bing, Jim Jarmusch, Isaac Julien, Raoul Ruiz, Kijû Yoshida…, de films présentés en avant-première et d’une programmation spéciale à laquelle seront associés les «Rencontres Internationales Paris / Berlin / Madrid».


Mercredi 3 Décembre 2008

18:00 : De la salle au musée : quelle visibilité pour le cinéma ?
Le cinéma s'expose aujourd'hui au musée : quelle relation entre la salle de cinéma et l'espace d'exposition ?
20:30 : Nouveaux supports, nouveaux outils : quelles conséquences ?
Nouvelles caméras, passage de l'argentique au numérique, expérimentation de nouveaux supports, tel le téléphone portable : quelles conséquences sur la création cinématographique ?

Jeudi 4 Décembre 2008

18:00 : Filiation, transmission : quelles généalogies ?
Où il sera question d'anciennes et de nouvelles généalogies, de références, de modèles, d'inscriptions secrètes ou affichées dans une tradition ou une lignée.
20:30 : L'auteur, le cinéaste, le collectif : qui fait oeuvre ?
Si la notion d'auteur, puis la « politique des auteurs », ont constitué une spécificité française comme invention d'un regard et d'une histoire du cinéma, qu'en est-il aujourd'hui ?

Vendredi 5 Décembre 2008

18:00 : Où va la critique ?
La cinéphilie est en mutation, elle peut passer aujourd'hui, et la critique avec elle, de Fritz Lang à YouTube. Jugement de goût, production de connaissance, interprétation, dimension programmatique : comment spécifier la nouvelle fonction critique ?
20:30 : Les modèles narratifs : crise ou renouvellement ?
Alors que l'on constate la disparition des grands récits politiques, idéologiques, épiques qui ont marqué le 20e siècle, le cinéma cherche-t-il à y répondre en inventant de nouveaux modes narratifs ?

Samedi 6 Décembre 2008
14:30 : Réel et fiction : un retour de la question ?
Si l'articulation entre fiction et documentaire est constitutive du cinéma, il semble que le champ documentaire s'élargisse et devienne une valeur en soi. Doit-on voir le retour du politique et du social ?
17:00 : La bourse ou la vie :
Quels films produire aujourd'hui ? Avec quels moyens ? Du film le plus singulier au blockbuster, pour quels publics ?
19:00 : Création, production, diffusion :
Le rapport du groupe de travail réuni à l'initiative de Pascale Ferran remet au coeur du débat la question décisive du financement des films dits « du milieu » pour l'avenir du cinéma français.

Dimanche 7 Décembre 2008

15:00 : Quelle histoire ? le cinéma d'artiste invente son propre passé
Photographes, cinéastes, des artistes s'essayent aujourd'hui à une réappropriation de l'Histoire – histoire de la peinture, histoire du cinéma. Nouveaux montages, reformulation des problématiques, remakes : vers quoi vont-ils ?
17:30 : Le cinéma comme géographie
En même temps que des cinématographies disparaissent, comme celle de l'Afrique, d'autres surgissent (en Roumanie, en Argentine, en Belgique, en Iran…). Quelles sont les conditions de ces émergences ? Quelle cartographie redessinent-elles à l'intérieur du cinéma mondial ?

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 10 Déc 2008 16:01

Alors voici un lien que l'on vient de m'envoyer, et qui est le making-of du long-métrage : "Nos désirs font désordre" de Stéphane Arnoux qui sort le 17 décembre...

"Cigales et fouRMIs" de Aurélie Nadler.

http://www.dailymotion.com/bookmarks/EN ... s_creation


Je suis très partagé sur ce film :

D'un côté je retrouve beaucoup de situations vécues par des jeunes qui veulent se lancer sans trop savoir comment, ni pourquoi, avec cette conviction profonde que leur vie est "ailleurs"....
D'un autre côté, ce n'est pas ma vision de ce que devrait-être un tournage.

D'un côté, je dois bien dire que c'est dans ce genre de "production" que j'ai commencé et c'est ce qui m'a donné envie de faire "partie du show" comme disent les américains.
D'un autre côté, je ne pense pas que ce soit la meilleure manière de faire.

D'un côté, il faut bien constater, si on peut faire une analogie avec la musique, que ce n'est pas toujours le premier groupe auquel on participe qui sera le bon, que les parcours sont forcément atypiques, que les plus grandes stars ne viennent pas du conservatoire, que l'envie est le préalable de tout, que la sélection est "naturelle" et qu'il n'y aura pas de place pour tout le monde...
D'un autre côté, si on veut faire de la musique, c'est quand même bien de connaître le solfège, de s'intéresser au coulisses et à la technique, d'évaluer toutes les contraintes et d'en faire des forces, d'avoir de la méthode, de provoquer les rencontres, d'être entouré par des "pros" et d'acquérir le bon niveau de langage...

D'un côté, je suis content que des jeunes se lancent ce type de défit, avoir une parole libre, un esprit libre, une envie de "bouffer le monde" : il en restera toujours une grande aventure personnelle et une manière différente d'appréhender la vie, une sorte d'initiation...
D'un autre côté, ce geste à de grandes chances de rester vain, et hurler face à la mer ne soulage que soi...

D'un côté, ce film aura servi à faire ce très intéressant making-of.
D'un autre côté, ce making-of joue un peu des ressorts de télé-réalité, et le réal n'est pas le moins cabot...

D'un côté, on nous dit que c'est quitte ou double.
D'un autre côté, on sent qu'ils ont quand même la possibilité de perdre...

D'un côté je trouve ça pathétique, (c'est peut-être trop fort... disons plutôt que ça me rend mal à l'aise...)
D'un autre côté je trouve ça magnifique.


Voici la bande annonce du film :
http://www.dailymotion.com/video/x6mgwz ... shortfilms


En tout cas c'est sur Dailymotion, et c'est très 2008 !

(et je reste très partagé...)

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 11 Déc 2008 11:33

C'est cette précarité nouvelle qui me dérange : j'ai connu l'ambiance dans les années 90 avec une intermittence "étendue", et du coup ça faisait partie intégrante du "contrat moral" des techniciens pro de s'investir dans les expérimentations de ce type...

Mais on peut aussi se demander si cette période faste n'a pas été gaspillée...

Ceci dit il n'y avait pas encore de caméra numérique, et le contexte à bien changé depuis, et pas que dans le cinéma !

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 11 Déc 2008 14:28

Pour faire suite à la série de conférence "Où va le cinéma ?"

http://www.jeunecineaste.net/Ou-va-le-cinema,1396.html

Voici un lien sur l'excellent site jeunecineaste.org

Un résumé en images des différentes interventions...

?... !

Guido
Messages : 621
Enregistré le : 27 Oct 2005 20:54
Localisation : LYON

Messagepar Guido » 23 Déc 2008 13:10

Un lien (peut-être le dernier de l'année...) concernant quelquechose de très important lorsque l'on est auteur et qu'il s'agit de signer avec une structure de production... Le droit d'auteur !

Cette information utile a été trouvée sur le site (très bon) de la SRF : http://www.la-srf.fr/

Véronique Cayla, Directrice générale du CNC, a confié, en avril dernier, à René Bonnell une mission visant à clarifier des notions essentielles dans la gestion et l’exploitation commerciale des films telles que le coût de production d’un film, son amortissement ou bien encore « les recettes nettes part producteurs » au moment du partage des recettes générées par les différents modes d’exploitation de ces œuvres.

René Bonnell a remis son rapport intitulé "Le droit des auteurs dans le domaine cinématographique: coûts, recettes et transparence".

Les objectifs du rapport sont les suivants: "clarifier les rapports économiques et juridiques qui se nouent entre producteurs et auteurs à l'occasion de la production d'un film afin d'assurer une relation contractuelle sincère et équitable".

Les suggestions s'inspirent des trois principes suivants:
- respect de l'identité des parties concernées
- simplification des dispositifs mis en oeuvre pour en renforcer la transparence
- partage équitable des ressources

René Bonnell préconise également une négociation interprofessionnelle pour trouver des compromis sur les différents points.



Voici donc le rapport Bonnell :

http://www.la-srf.fr/php_img/www.la-srf ... l_1208.pdf


LE DROIT DES AUTEURS DANS LE DOMAINE CINEMATOGRAPHIQUE :
COÛTS, RECETTES ET TRANSPARENCE

Le droit des auteurs en France est défini par une législation adoptée en 1985, époque où salles
et télévision généraliste constituaient l’essentiel des débouchés domestiques de l’industrie du
cinéma. Depuis, le développement technologique a bousculé les marchés traditionnels du
film, raccourci la durée d’exploitation de ses différents supports et conduit les pouvoirs
publics à un raffinement permanent de ses modes d’intervention. Une telle évolution a rendu
plus complexe les relations internes à l’industrie cinématographique, entretenant parfois un
certain contentieux interprofessionnel. Les partenaires de la création n’y ont pas échappé.
Ainsi, les auteurs de films contestent-ils la façon dont certains producteurs exécutent leurs
obligations contractuelles à leur égard quand il s’agit de rendre compte de l’exploitation de
leurs oeuvres.


Et sa synthèse parue dans "Ecran total" :

http://www.la-srf.fr/php_img/www.la-srf ... _Total.PDF


Sans doute un autre effet du rapport du club des 13... 8)

?... !

Avatar de l’utilisateur
LPM
Messages : 670
Enregistré le : 28 Nov 2005 07:39
Localisation : Isère
Contact :

Messagepar LPM » 23 Déc 2008 17:34

Guido a écrit :Alors voici un lien que l'on vient de m'envoyer, et qui est le making-of du long-métrage : "Nos désirs font désordre" de Stéphane Arnoux qui sort le 17 décembre...

"Cigales et fouRMIs" de Aurélie Nadler.

http://www.dailymotion.com/bookmarks/EN ... s_creation


Je suis très partagé sur ce film :

D'un côté je retrouve beaucoup de situations vécues par des jeunes qui veulent se lancer sans trop savoir comment, ni pourquoi, avec cette conviction profonde que leur vie est "ailleurs"....
D'un autre côté, ce n'est pas ma vision de ce que devrait-être un tournage.

D'un côté, je dois bien dire que c'est dans ce genre de "production" que j'ai commencé et c'est ce qui m'a donné envie de faire "partie du show" comme disent les américains.
D'un autre côté, je ne pense pas que ce soit la meilleure manière de faire.

D'un côté, il faut bien constater, si on peut faire une analogie avec la musique, que ce n'est pas toujours le premier groupe auquel on participe qui sera le bon, que les parcours sont forcément atypiques, que les plus grandes stars ne viennent pas du conservatoire, que l'envie est le préalable de tout, que la sélection est "naturelle" et qu'il n'y aura pas de place pour tout le monde...
D'un autre côté, si on veut faire de la musique, c'est quand même bien de connaître le solfège, de s'intéresser au coulisses et à la technique, d'évaluer toutes les contraintes et d'en faire des forces, d'avoir de la méthode, de provoquer les rencontres, d'être entouré par des "pros" et d'acquérir le bon niveau de langage...

D'un côté, je suis content que des jeunes se lancent ce type de défit, avoir une parole libre, un esprit libre, une envie de "bouffer le monde" : il en restera toujours une grande aventure personnelle et une manière différente d'appréhender la vie, une sorte d'initiation...
D'un autre côté, ce geste à de grandes chances de rester vain, et hurler face à la mer ne soulage que soi...

D'un côté, ce film aura servi à faire ce très intéressant making-of.
D'un autre côté, ce making-of joue un peu des ressorts de télé-réalité, et le réal n'est pas le moins cabot...

D'un côté, on nous dit que c'est quitte ou double.
D'un autre côté, on sent qu'ils ont quand même la possibilité de perdre...

D'un côté je trouve ça pathétique, (c'est peut-être trop fort... disons plutôt que ça me rend mal à l'aise...)
D'un autre côté je trouve ça magnifique.


Voici la bande annonce du film :
http://www.dailymotion.com/video/x6mgwz ... shortfilms


En tout cas c'est sur Dailymotion, et c'est très 2008 !

(et je reste très partagé...)



Guido poète et Guido qui fait vivre un topic tout seul... :D
Guido, en matière de cinéma, rien ne peut plus être pathétique qu'un "600 gramme de hachis".

Je n'ai regardé que les 5 première minute du Making Of...

Effectivement ça peut choquer mais tout le monde est consentant.
Moi ce qui me dérange sur le principe, si j'ai bien compris, c'est que les gens qui participent, non seulement ne sont pas payés, ce qui se comprend quelque part quand on veut faire du cinoche undrerground mais en plus doivent mettre la main à la poche (ça fait un peu secte)... Ca c'est fort, je devrais y penser mouauauauauarghhhh...

Je pense en toute honnêteté que n'importe quel réal au monde, à ses débuts, s'est retrouvé dans ce genre de situation, à devoir financer son premier film (court ou long) à la rock'n roll... Même les plus grands : Raimi, Jackson, Spielberg, Tarantino... Alors...

blag-gyver
Messages : 62
Enregistré le : 15 Aoû 2006 16:48
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar blag-gyver » 23 Déc 2008 18:44

LPM a écrit :Même les plus grands : Raimi, Jackson, Spielberg, Tarantino... Alors...


Et Razy !
:lol:


Retourner vers « Bruits du court »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités